3 associés

Lippi Nantes : 25 ans d’expérience commune et complémentaire dans l’aménagement extérieur

Au milieu des années 90, Karine Julienne, Laurent Janneau et Cédric Retours sont engagés à quelques mois d’écart dans la plus importante structure d’aménagement paysager de leur secteur géographique.

Un quart de siècle plus tard, fort d’une complémentarité professionnelle éprouvée dans une seconde entreprise, ils s’associent pour créer leur propre entité, Concept Environnement. Et deviennent concessionnaires Lippi un an plus tard.

Histoire d’un parcours atypique.

D’ouvrier à conducteur de travaux

Après un bac technologique option électronique, Laurent Janneau, attaquant au sein de l’équipe de football de Carquefou (4e division, à l’époque), est embauché en 1994 en tant qu’ouvrier par le président du club, également à la tête de la plus importante structure d’aménagement paysager de la région. Durant une quinzaine d’années, il va gravir progressivement les échelons au sein de l’entreprise, jusqu’à opérer la conduite de chantier.

« J’ai participé à développer l’activité de l’arrosage automatique, aussi bien pour les particuliers, que les professionnels et les institutionnels, guidé par une personne expérimentée. Nous avons notamment travaillé sur le tramway de Nantes, le premier avec une ligne engazonnée, et quelques autres beaux projets comme le Château des Ducs de Bretagne et le Zénith.

Patience et travail m’ont permis d’intégrer le bureau d’études, où l’on répondait aux appels d’offres, ce qui m’amenait régulièrement à travailler mes dossiers le week-end.

J’ai terminé mon parcours dans cette entreprise par la conduite de chantiers, concernant les clôtures, les plantations et la maçonnerie paysagère », explique Laurent Janneau, l’un des trois associés de Concept Environnement, qui a ouvert une concession Lippi à Carquefou (nord de Nantes) début 2018.

Des habitudes de travail communes

En 1995, Karine Julienne et Cédric Retours sont engagés dans la même entreprise que Laurent Janneau.

« Après un BTS d’assistante de direction, j’ai effectué durant deux ans des remplacements dans l’administration : SIVOM, mairie d’Oudon, dont je suis aujourd’hui conseillère municipale depuis 2014. Le domaine public, où j’ai eu pourtant une opportunité de poste définitif, ne me convenait pas. J’avais besoin d’une plus grande diversité dans mes tâches.

J’ai rejoint une importante structure d’aménagement paysager pour effectuer la réponse aux appels d’offre, le suivi de chantier, la facturation ainsi que l’accueil. Ce secteur évolue constamment, ce qui nécessite d’apprendre constamment de nouvelles choses et limite la routine.

Mon embauche s’est réalisée presqu’en même temps que celle de Cédric. Je n’étais pas dédiée qu’à son service, mais cette expérience nous a permis de prendre des habitudes de travail communes, d’établir une confiance dans notre fonctionnement. Ce qui se traduit, notamment, pour le client par de la réactivité et de la fiabilité sur ses demandes », relève Karine Julienne, associée dans Concept Environnement.

Reconstitution du trinôme dans une seconde entreprise

Après un baccalauréat D’ (filière agricole), Cédric Retours effectue son BTS aménagement paysager en contrat de qualification au sein de la même structure d’aménagement paysager que Karine Julienne et Laurent Janneau.

« J’ai choisi une voie différente mais proche du milieu agricole, dans lequel il était déjà compliqué de s’épanouir. Pour ma première expérience professionnelle, j’ai connu un long parcours, en changeant régulièrement de poste tous les 3 à 4 ans, d’ouvrier à conducteur de travaux.

Cette entreprise s’est régulièrement positionnée sur de nouveaux marchés et sur des projets complexes. Elle n’a cessé d’innover pour suivre les évolutions du secteur de l’aménagement paysager, en diversifiant l’activité : plantation-gazon, arrosage automatique, pompage, pavage, maçonnerie, et bien sûr, les clôtures et portails, en intégrant la motorisation.

En m’adaptant en permanence à ces mutations, j’ai gagné en compétences dans une entreprise familiale où l’on pouvait progresser par la qualité de son travail. Son rachat par un grand groupe a modifié cet état d’esprit.

J’ai alors choisi de prendre la direction d’une agence de 25 collaborateurs, toujours dans la même activité. Karine m’a rapidement rejoint, pour recréer notre binôme administratif-technique. Laurent a été intégré quelques mois plus tard dans cette nouvelle structure pour développer l’activité Clôtures, pour laquelle il existait un partenariat avec Lippi.

Chacun de nous connaissait le sérieux des autres, nous utilisions les mêmes méthodes de travail, nous nous comprenions vite et nous complétions par nos compétences. C’était comme une évidence de se retrouver dans une même entité », souligne Cédric Retours, associé dans Concept Environnement

Polyvalence accrue

En 2008, Karine Julienne devient assistante de gestion, aux côtés de Cédric Retours, avec un nouveau défi correspondant à son besoin de changement.

« Tout était à refaire au niveau administratif dans cette nouvelle structure, qui disposait de moyens. Nous avons apporté les savoir-faire, par exemple sur les appels d’offres, le plan particulier de sécurité et de protection de la santé (PPSPS)…

Avec les responsabilités de Cédric, nous avons appris à mieux maîtriser les coûts d’un chantier, en déterminant les axes d’amélioration, comme la main d’œuvre, les fournitures ou la stratégie commerciale. Cette finesse d’analyse bénéficie aujourd’hui à nos clients en termes de services », note Karine Julienne.

Découverte de Lippi… en perdant une affaire face à un concurrent utilisant la marque

Laurent Janneau est donc venu compléter l’équipe un an plus tard.

« Les méthodes de travail avaient changé avec le rachat de l’entreprise, avec davantage de temps passé au bureau qu’à suivre les chantiers. La confiance envers les collaborateurs s’était rétrécie, avec la nécessité de tout justifier, même quand tout allait très bien…

Cédric recherchait une personne expérimentée pour réaliser les chiffrages et gérer les équipes sur les travaux de clôtures. C’est à ce moment-là que j’ai découvert la marque Lippi. Dans ma précédente entreprise, je venais justement de perdre une affaire face à un concurrent qui proposait les références Lippi. Je me suis, dès lors, appuyé sur le rapport qualité/prix de ces produits, l’extraordinaire étendue des gammes, avec des tarifs clairement affichés, pour mes chantiers. Tout en me spécialisant dans l’automatisation des portails.

Suite au départ de Cédric début 2016 et l’arrivée d’un nouveau dirigeant, nous étions dans une impasse professionnelle. Nous nous sommes retrouvés tous les mois pour échanger sur la création d’un projet entrepreneurial commun, durant plus d’un semestre. Conscient de notre complémentarité : Cédric pour le commercial, Karine sur la gestion et moi sur la technique. Concept Environnement est né.

Nous pouvions nous appuyer sur des liens professionnels forts entre nous, un relationnel local construit depuis 25 ans et une certaine continuité dans nos habitudes de travail. Cela a séduit les banques pendant notre recherche de financement, au-delà de notre compte prévisionnel sur 3 ans établi de manière très réaliste.

Le choix Lippi, pour l’appréhension de la crise et la notoriété de l’industriel

Dès le début de sa carrière professionnelle, Cédric Retours avait souhaité créer une entreprise, tandis que cette envie est venue au fil de leur carrière pour ses associés.

« En démissionnant de ma précédente entreprise, j’ai négocié un poste de direction dans une société d’aménagement paysager, à un salaire moins important par rapport à mon cursus, et en contrepartie, la liberté de créer une entreprise pour développer les activités de clôtures, motorisation et arrosage automatique. Karine m’a d’ailleurs aidé à en construire la partie administrative de cette entité.

Mon nouvel employeur, attaché à des valeurs humaines, a parfaitement compris notre intérêt mutuel dans cette solution atypique. Je peux ainsi confier les commandes des nouvelles activités en sous-traitance à Concept Environnement, créée avec Karine et Laurent en janvier 2017, en toute confiance.

De notre côté, nous avons pu démarrer notre propre entreprise avec peu de moyens, sur des domaines que nous maîtrisons, sans nous éparpiller sur des segments concurrentiels où la différence se joue sur le prix plutôt que la qualité, et sans se perdre dans l’administratif des appels d’offres, avec de vrais clients à démarcher et à satisfaire par notre service.

Avec mes deux associés, l’argent n’est pas au cœur des débats, nous nous attachons avant tout au plaisir du travail bien fait et au respect des collaborateurs. Nous travaillons en équipe pour faire progresser l’entreprise, pas dans un but de profit personnel. Notre actionnariat, avec un tiers de parts pour chacun, prouve cette recherche d’équité.

À travers les échanges intensifs entretenus entre Laurent et Delphine Simard, chargée de développement du Réseau Lippi, nous nous sommes aussi intéressés à rejoindre le réseau Lippi. Pour une jeune entreprise comme la nôtre, devenir concessionnaire sous cette enseigne nous apportait immédiatement une belle notoriété. Cette décision s’est déclenchée lors de la visite des usines du groupe à Mouthiers-sur-Boëme, où nous avons pu nous rendre compte comment Julien et Frédéric Lippi ont appréhendé la crise, restructurer l’entreprise, former différemment leur personnel. Ils ne sont pas de purs financiers : ils ont su composer avec les équipes existantes pour innover dans leur secteur.

Pour réussir notre propre développement, nous avons fait confiance à un réseau avec lequel nous avions des affinités avec son interlocutrice, la marque et la qualité des produits », observe Cédric Retours.

Retour aux sources

En devenant entrepreneur, Laurent Janneau a retrouvé une autonomie dans son travail et une relation avec le client enrichissantes. Il se réjouit également d’avoir choisi le modèle de la concession Lippi.

« Nous avons attendu les résultats du premier bilan avant de rejoindre le réseau Lippi, et détenir l’investissement nécessaire.

Delphine a su nous montrer l’intérêt de devenir concessionnaire, pour bénéficier d’une communication de marque, pour démarcher les particuliers avec des univers uniques – Z et Stem – spécifiquement développés par notre enseigne pour conquérir cette clientèle, et profiter de tarifs encore plus attractifs sur des produits de qualité, esthétiques et fabriqués en France.

Lippi nous accompagne très bien en termes de support technique et de service après-vente. L’enseigne considère véritablement chaque appel comme un échange important et cherche à nous aider sur les problématiques rencontrées. Les formations du réseau sont bénéfiques et rassurantes pour notre activité, avec des process calqués sur le magasin-pilote Lippi, que l’on peut appliquer en grande partie, même avec des structures différentes.

À l’été 2018, nous avons emménagé à Carquefou dans nos nouveaux locaux, aux abords d’un axe pénétrant de Nantes et d’une zone industrielle. Cette aire commerciale, implantée dans des bâtiments rénovés, est très active. Elle réunit, entre autres, une salle de sports, un centre d’activités aquatiques, un bar à bières et un point de vente d’une grande chaîne de fast-food.

Nous allons prochainement inaugurer notre magasin show-room Lippi, qui nous distinguera définitivement des grandes surfaces dans l’esprit des particuliers… à 500 mètres d’où nous avons commencé tous les trois. Une forme de retour aux sources… », indique Laurent Janneau.

Confiance réciproque et partage des responsabilités

Karine Julienne confirme le bon démarrage de Concept Environnement, une nouvelle aventure qui l’a conduite à acquérir une compétence supplémentaire : la comptabilité.

« Je connaissais Lippi en tant que nom de fournisseur. La visite au siège de Lippi a été fondamentale pour comprendre le projet de réseau, et surtout connaître l’équipe en soutien des concessionnaires, que l’on a sentie à notre écoute.

Aujourd’hui, les formations de l’enseigne sont d’autant plus intéressantes qu’avec la pratique du terrain, nous avons des questions plus pertinentes à poser lors des échanges avec les intervenants. Nous disposons aussi d’un manuel opérationnel, très clair et bien structuré. Chacun d’entre nous peut en lire la partie correspondante à ses missions au sein de l’entreprise.

Une des principales difficultés reste encore de mieux intégrer nos autres activités telles que l’arrosage ou l’automatisme au concept Lippi. Notamment en proposant à nos collègues paysagistes, apporteurs d’affaires, un service lié à nos spécificités.

Dans notre développement, nous avons la même vision de l’entreprise, une confiance réciproque et l’avantage d’être 3 dans la prise de décisions et le partage des responsabilités.

Aujourd’hui, je suis plus impliquée dans les échanges liés à notre entreprise, comme avec la Chambre de Commerce et d’Industrie, les mutuelles ou la chambre d’agriculture, etc. Ce relationnel, tout comme ma fonction d’élue, m’a notamment aidé à prendre confiance en public et lutté contre ma timidité naturelle », révèle Karine Julienne.

Conserver une longueur d’avance

Quant à Cédric Retours, il rappelle que construire un magasin show-room n’était pas envisagé au lancement de leur concession Lippi.

« Ce budget Travaux n’avait pas été anticipé. Nous sommes maintenant convaincus de la pertinence d’un tel outil, tant pour crédibiliser nos démarches commerciales auprès des particuliers que pour valoriser nos clients professionnels faisant appel à notre savoir-faire.

Nous avons apprécié « l’esprit libre » d’une enseigne qui nous a laissé le temps de trouver nos repères, avant de booster le développement autour de sa marque et de ses produits, en s’appuyant sur sa communication et son approche à travers un magasin. Nous sommes fiers de proposer des produits de fabrication française, ce qui est bien meilleur pour l’environnement, et conforme à nos valeurs.

Nous imaginons déjà, dans quelques années, pouvoir ouvrir un second point de vente Lippi, dans le sud de Nantes, sur un marché où nous serions copiés… tout en conservant une longueur d’avance grâce à l’appui de notre enseigne », conclut Cédric Retours.